Le projet d'un monde qui vient

6 Août 2013, 13:44pm

Publié par learning-from.over-blog.fr

 

100_2194.JPG

IMG_0036.jpg

 

"[...] Dans ces conditions, il est vain d'ériger des frontières, de construire des murs et des enclos, de diviser, classifier, hiérarchiser, de chercher à retrancher de l'humanité celles et ceux que l'on aura rabaissés, que l'on méprise, qui ne nous ressemblent pas, ou avec lesquels nous pensons que nous ne nous entendrons jamais.

Il n'y a qu'un seul monde, et nous en sommes tous les cohéritiers, même si les manières de l'habiter ne sont pas les mêmes - d'où justement la réelle pluralité des cultures et des façons de vivre. Le dire ne signifie en rien occulter la brutalité et le cynisme qui caractérisent encore la rencontre des peuples et des nations. C'est simplement rappeler une donnée immédiate, inexorable, dont l'origine se situe sans doute dans les temps modernes : l'irréversible processus d'emmêlement et d'entrelacement des cultures, des peuples et des nations.

Souvent, le désir de différence émerge précisément là où l'on vit le plus intensément une expérience d'exclusion. La proclamation de la différence est alors le langage renversé du désir de reconnaissance et d'inclusion.

Pour ceux qui ont subi la domination coloniale ou pour ceux dont la part d'humanité a été volée à un moment donné de l'histoire, le recouvrement de cette part d'humanité passe souvent par la proclamation de la différence. Mais, comme on le voit dans une partie de la critique africaine moderne, celle-ci n'est qu'un moment d'un projet plus large : le projet d'un monde qui vient, d'un monde en avant de nous, dont la destination est universelle ; un monde débarrassé du fardeau de la race, et du ressentiment et du désir de vengeance qu'appelle toute situation de racisme."

Extrait de "Nelson Mandela, Les chemins inattendus"
par Achille Mbembe, Université de Witwatersrand à Johannesburg (Le Monde Diplomatique Août 2013)

 

 

 

.