Antichambres

4 Février 2017, 16:35pm

Publié par learning-from.over-blog.fr

Magali Demey, extrait de publication
Magali Demey, extrait de publication
Magali Demey, extrait de publication
Magali Demey, extrait de publication
Magali Demey, extrait de publication

Magali Demey, extrait de publication

Granada 
Les espaces de transition composent la ville. Ils forment des entre-deux qui rythment des entrées parfois monotones. 
Dominique Spinette définit l’entrée, dans L’apprentissage du regard « La façon d’entrer et de franchir la porte perpétue des rituels culturels. Une manière d’ennoblir le passage existe jusque dans les habitations les plus modestes et rudimentaires où les valeurs du monde intérieur sont annoncées par un ouvrage particulier. Marches, perrons, marquises, avant-toits, porches, portails... Chacun de ces éléments offre un espace de transition et de représentation au seuil de la maison.» 
Ces espaces intermédiaires permettent de supprimer une limite abrupte entre l’intérieur et l’extérieur. Ces antichambres permettent d’adoucir cette séquence et de créer de nouveaux usages. 


Pour l’architecte néerlandais Herman Hertzberger, « concrétiser le seuil comme espace de transition, signifie avant tout créer un cadre où accueillir et prendre congé des visiteurs. Le seuil représentant dès lors la traduction architecturale de l’hospitalité ». 
Sur les collines de Sacromonte,  les limites floues établies entre le public et le privé montrent la richesse de ces antichambres. Elles deviennent des pièces de vie à part entière. Pour certains, elles sont un point d’observation sur le paysage, pour d’autres elles s’apparentent à un salon où les habitants peuvent se réchauffer devant leurs cheminées. Pour d’autres en n, ces antichambres sont avant tout un lieu de rangement. 


Chaque antichambre est unique. Elle est conçue par les habitants et est souvent réalisée avec des matériaux de récupération. 
On peut également observer que les habitats de Sacromonte partagent de nombreux points communs avec ceux de la ville basse. En particulier, nous avons identifié des thématiques analogues d’importance : la présence de la grotte comme espace intime contenu, les espaces de transition -précédant la grotte- qui concentrent la vie, les séquences d’escaliers menant aux habitations. 
Ainsi, ces habitations semblent préfigurer la transformation à venir de la ville haute de Sacromonte. 

 

Toulouse
L’observation des cheminements dans les collines de Sacromonte nous montre leurs richesses dans l’usage de ces espaces de vie. Nous pouvons retrouver ce phénomène à Toulouse. Dans un contexte qui semble tellement éloigné des grottes de Sacromonte qu'on pourrait croire à une situation antagonique à l'habitat troglodyte : celui de l'habitat mobile des péniches du Canal du Midi.

Pourtant, devant chaque péniche un espace d'appropriation spécifique se déploie et investit les quais. Cette surface est utilisée comme un espace de vie, aménagé par les habitants eux même. Les passerelles servent alors de lieux de transition, d'ancrage et le schéma spatial observé est analogue à celui de Sacromonte !

« Le dehors est rayé d’un trait, tout est à la nouveauté, à la surprise, à l’inconnu. Le dehors ne signi e plus rien. Et même, suprême paradoxe, les dimensions du volume n’ont plus de sens parce qu’une dimmension vient de s’ouvrir : la dimension d’intimité.»
La poétique de l’espace de Gaston Bachelard

 

Commenter cet article